Éditorial

Pour cette première session de résidences, ThalieLab accueille des artistes dont la pratique engage une réflexion sur la thématique des identités et des territoires et porte une attention particulière aux récits des migrants comme outil de recherche et performance publique. 

Par la diversité des contenus qui seront accessibles au public, par la diversité dans la création grâce au soutien que nous apportons aux artistes émergents, il y a cette idée d’un art partagé. Ma responsabilité est de faire en sorte qu’il soit le plus ouvert possible, qu’il soit un outil pour mieux connaître l’autre dans sa globalité. 

Ma conviction est que l’art est non seulement un acte de résistance mais une foisonnante possibilité de se saisir du réel et de créer du lien social.

ThalieLab fonctionne comme un catalyseur, un lieu qui soutient la création contemporaine émergente dans l’esprit de la vision de la fondation : Initier et promouvoir des pratiques artistiques innovantes et en assurer la visibilité dans l’espace public. 

Un lieu qui a pour vocation de faire émerger des nouveaux modes de pensée croisant les champs artistiques et sociétaux, encourageant la responsabilité de l’artiste, par l’accompagnement, la production et la diffusion de projets participatifs, à Bruxelles mais aussi à l’international, dans un but de transmission et de partage d’expériences. 

ThalieLab est à la fois un lieu hybride et un label dédié aux pratiques artistiques collaboratives expérimentales, favorisant l’intelligence collective, la transversalité et la singularité dans les processus de travail. 

Nathalie Guiot